1ier mai 2016

Onde de choc

Quel coup de théâtre aujourd’hui que l’annonce de la démission immédiate et sans lendemain du chef du parti Québécois Pierre-Karl Péladeau. Comment ne pas lier cette terrible annonce avec la présence de Julie Snider à tout le monde en parle. J’ai écouté avec estime, attention et admiration la déclaration d’amour que Julie Snider a faite hier à l’émission fétiche des Québécois «Mes repères, mes frontières, mon pays, c’était Pierre Karl». En même temps je comprends monsieur Péladeau car il a choisit de retourner à ses valeurs premières soit sa famille.
-pierre-karl-peladeau
Les chefs passent mais le parti reste et le parti Québécois est habitué à traversé des crises voir même devenu leur spécialité. Toutefois celle-ci frappe en pleine face et à deux ans des prochaines élections. Oui le PQ s’en remettra mais les séquelles seront difficile à soignées rapidement.

Les plus hypocrites se diront estomaqué, ébahi mais n’ont pas arrêtés de l’attaqué publiquement depuis son élection sur son entreprise Québécor

Monsieur Péladeau essayait de rassembler les forces souverainistes autour de notre objectif de faire du Québec un pays indépendant. D’ailleurs la création de l’institut sur la souveraineté en était la preuve.