Québec le 17 août 1989

Oh il y a de la vie

J’écoutais l’autre matin (17 août) l’animateur d’une ligne ouverte, dans une émission du matin bien connue, faire des commentaires sur la déclaration de Reggie Chartrand concernant les femmes.

Cet animateur s’est royalement trompé car il a joué le jeu de Chartrand soit celui de faire parler de lui gratuitement.

Il me semble qu’il aurait été plus constructif de parler l’enfant qui joue et qui est heureux et sans problème, de l’enfant qui pleure toute la nuit et qui irrite les parents, de l’adolescent qui réussit en classe et qui devient un médaillé dans une discipline sportive ou autre; de l’adolescent qui casse des vitres, qui fume ou fait des coups pendables de l’adulte qui donne l’exemple ou celui qui est irrécupérable et qui met la société en colère.

Il est difficilement compréhensible que lorsque l’on cherche de la vie sur une planète on regarde sur un microscope multiélectronique à XX grossissement et si quelque chose semble bouger. Oh il y a de la vie.

Lorsqu’il s’agit d’un embryon dans le corps, on déclare on déclare avec un ton digne al tête haute les oreilles bien dans le cran et comme tous les chercheurs, le crayon à la main et le signe de $ au bout. Tant qu’il n’y aura pas deux pattes, deux mains, deux bras, un cerveau et quoi d’autre, il n’y as pas de vie tuons-le.

Mon humble opinion : il y aura toujours des enfants qui auront mal aux dents, des personnes comme Chartrand pour les arracher et les médias pour le dire.