Québec, le 30 mars 2010

Notre merveille rouillée à l’abandon

Dix ans après le gaspillage de 1 million de dollars pour l’éclairage de notre merveille masquée par la rouille les dirigeants de la compagnie Canadien National (CN) veulent que les contribuables québécois compensent la détérioration du pont de Québec due aux automobiles. Toutefois il ne faut pas oublier que depuis la création du CN le 20 décembre 1919 et l’inauguration du pont de Québec par le prince de Galles le 22 août 1919 la compagnie a tiré d’énormes bénéfices grâce à ce lien rive nord et rive sud et le transport ferroviaire.

De plus le gouvernement du Canada a cédé en 1993 la gestion et la propriété du pont de Québec au CN, qui fut privatisé, à la condition que la cette dernière accepte d’entreprendre un vaste programme de restauration et de peinture du pont. Par contre depuis cette simple cession par le gouvernement la compagnie refuse obstinément de prendre ses responsabilités pour entretenir cette gigantesque structure d’acier.

Malgré que la compagnie reçoit des fonds des gouvernements fédéral et provincial pour les réparations et l’entretien de la structure il existe depuis les années 1990, une controverse sur le partage des coûts de l’entretien du pont entre le CN, le gouvernement du Canada et le gouvernement du Québec et les avocats font de l’argent.

Même si les représentants du CN plaident que l’usage ferroviaire quotidien est limité à quatre trains-marchandises et à huit trains voyageurs de VIA Rail Canada, il n’en demeure pas moins qu’il leur est profitable et indispensable.