Montréal à l’avant garde

La ville de Montréal interdira d’ici la fin de l’année le glyphosate, un herbicide controversé que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) classe comme un agent cancérigène probable. Les médias parlés ou écrits nous ont abondemment informés des effets néfastes du produit glyphosate contenu dans l’herbicide Roundup. Pourquoi la ville de Québec ne prend pas exemple et ne fait rien pour limiter l’utilisation de ce produit?

Le roundup commercialisé depuis 1974 par la multinationale Monsanto maintenant Bayer est l’herbicide le plus utilisé au Québec. La multinationale subit plusieurs poursuites dans le monde et a même été condamnée à verser des millions de dollars à des retraités ayant contractés un cancer suite à utilisation du glyphosate. Aux états-Unis des jurys ont conclus que le Roundup avait causé le cancer.

En attendant l’interdiction complète pourquoi ne pas obliger les utilisateurs du roundup d’indiquer à l’aide d’une pancarte que le secteur a été arrosé afin d’avertir les gens du danger de passer sur le terrain?