Québec, le 25 novembre 2010
Tête de cochon
Maudite tête de cochon

Lorsque je m’entêtais sur quelque chose mon défunt père me disait toujours tu as une maudite tête de cochon et il avait peut-être raison car j’agissais sans me soucier des inconvénients. Le premier ministre du Québec Jean Charest agit de la sorte dans le dossier d’une commission d’enquête sur la malversation dans le monde de la construction.

En effet quels sont les arguments logiques, raisonnables ou rationnels qui empêchent le gouvernement libéral de déclencher une telle enquête publique réclamée par tous les milieux et par plus de 80% de la population? Il est maintenant clair et facile de constater qu’après le vote qui a eut lieu à l’assemblée nationale sur la motion de censure du parti québécois que l’ensemble des déptés libéraux ont quelques choses à cacher.

Ils s’accrochent aux enquêtes policières qui n’ont rien données jusqu’à maintenant et principalement à l’enquête marteau qui vire dans le beurre depuis sa création. Même les policiers le disent il n’y a pas de mal à réaliser les deux en même temps car il y a une différence entre enquêter sur des pratiques criminelles et faire la lumière sur des pratiques douteuses qui peuvent également menées à d’autres enquêtes criminelles.