Québec, 8 mars 2006

Manque de transparence

L’article de Claude Vaillancourt parut dans le soleil du 8 février en cette journée internationale des femmes montre bien à quel point la mairesse de Québec Madame Andrée Boucher n’a pas l’intention de se plier aux décisions majoritaire du Conseil de ville de Québec. En effet le conseil de ville du 6 février a adopté la nomination des conseillers devant siéger au réseau de transport de la capitale, au conseil d’administration d’Expo Cité et à la communauté métropolitaine de Québec et, du revers de la main, elle a bloquée ces nominations au conseil d’agglomération.

Il va falloir qu’elle comprenne que ce n’est plus une petite municipalité de 7 conseillers qu’elle doit gérer mais une grande ville de 37 conseillers, conseillères qui ont tous et toutes un droit de vote. Étant donné qu’elle ne veut pas faire de compromis sur les différents dossiers avant les séances du conseil municipal et qu’elle ne donne pas toutes les informations nécessaires afin de prendre des décisions éclairées, madame Boucher doit s’attende à des débats stériles et à des décisions sur le champs.

Son manque de transparence dans plusieurs dossiers a prolongé la durée des débats aux conseils de ville et ce au détriment des citoyennes et citoyens qui y participent.