Comme le disait le père du nationaliste Québécois Jean Lesage en 1962, qui fut le berceau de la révolution tranquille, nous sommes maître chez-nous. Repris par René Levesque cette expression fut notre idéal des années 1960.

En 2013 afin de mettre fins aux accommodements déraisonnables le gouvernement péquiste minoritaire de Pauline Marois, par son ministre Ministre responsable des Institutions démocratiques, Bernard Drainville avait présenté une Charte des valeurs Québécoises. La charte qui voulait affirmer les valeurs de laïcité et de neutralité religieuse de l’État ainsi que d’égalité entre les femmes et les hommes et encadrant les demandes d’accommodement est devenue le projet de loi 60 lourdement critiqué qui a causé la défaite du PQ lors des élections de 2014.

Élu majoritaire lors des élections de 2017 la CAQ de François Legault par son leader parlementaire et ministre de l’Immigration, Simon Jolin-Barrette a présenté et passé sous bâillon le projet de loi 21.

Il n’en fallait pas plus pour que le Conseil national des musulmans canadiens (CNMC), l’Association canadienne des libertés civiles et Ichrak Nourel Hak, une étudiante en enseignement qui porte le hidjab contestent la dite loi. Bravo dans une décision partagée la cour d’appel tranche et la loi 21 est maintenue.

Nous sommes une bonne province d’accueil ou il fait bon vivre selon nos lois et règlements. Nous avons déjà fait notre bout de chemin en déconfessionnalisant nos écoles et en enlevant les crucifix il vous reste à faire votre bout de chemin.