22 décembre 2016

Long ardus et pénible

Enfin le le gouvernement Couillard a annoncé la tenue d’une commission d’enquête sur les relations avec les autochtones. Pourquoi est-ce si ardus, difficile et interminable pour les libéraux d’obtenir des réponses sur des évènements en instituant une enquête publique pour établir des faits.

Souvenons-nous que l’ex premier ministre Jean Charest avait attendu plus de deus ans pour déclencher la commission Charbonneau qui était demandée par tout le monde. À l’Assemblée nationale, les libéraux avaient voté 11 fois contre des motions réclamant qu’une commission d’enquête soit mandatée pour examiner les allégations de malversation dans le secteur de la construction. Même si la commission avait coûté des dizaines de millions, n’avait pas terminé son mandat elle avait permis quand même de faire du ménage et de resserrer les normes sur les contrats.

Le premier ministre Philippe Couillard a attendu d’être au pied du mur pour déclencher une commission dans les foulées des évènements de Val-d’Or. Pourtant les leaders autochtones demandaient depuis des mois au gouvernement d’instituer une enquête indépendante.

Pourquoi les seuls qui sont déçus de cette annonce sont les policiers de la sureté du Québec?