Québec, le 24 mai 2005

Liberté d’expression

La liberté d’expression a-t-elle un prix? Est-ce que le poste de radio CHOI-FM doit garder sa licence? J’ai de la difficulté à trancher sur cette question car le vrai débat n’est peut-être pas là. Sur les 24 heures que diffusait ce poste de radio, l’abus ne sait produit que sur trois ou quatre heures par jour mais quel abus, de la diffamation, du carnage verbal. Le problème se concentre donc sur la mauvaise utilisation des ondes de certains animateurs et, par le fait même, sur la gestion non responsable de certains propriétaires et un manque de respect.

Doit-on à ce moment punir des auditeurs pour ces nombreux écarts de langage? CHOI-FM a déjà réagit en changeant les animateurs du matin mais les propriétaires qui, malgré les avertissements du CRTC il y a deux ans, ont profité monétairement de la popularité croissante des animateurs et en laissant allé. C’est maintenant au tour des propriétaires d’en payer le prix.

Ils avaient la liberté d’agir au bon moment mais ils ne l’ont pas fait