Québec, le 2 décembre 2010

Les policiers se tiennent debout
20101130-133038-g
Même si l’exécutif de la Fraternité des policiers et policières de la Ville de Québec (FPPVQ) leur recommandait d’accepter l’offre de la ville une majorité de policiers présents à l’assemblée ont rejeté cette offre. En effet sans contrat de travail depuis quatre ans, les policiers de Québec ont rejeté à 51,5 % les offres de la Ville portant sur une partie des points en litige.

Même si l’offre ne portait que sur les clauses normatives ils n’ont pas oublié l’arrogance du maire Labaume à leur endroit et la nonchalance avec laquelle il négocie et les traites depuis qu’il est au pouvoir. Je crois qu’ils ont raisons d’attendre l’arbitrage qui selon moi respectera le plus ce que les policiers veulent soit un peu de diplomatie, un traitement juste et équitable.

Il est impensable que dans une des villes la plus sécuritaire en Amérique du nord le premier magistrat n’entende pas raison et continue à bafouer ce corps d’emploi qui, selon les sondages, est celui que la population respecte le plus contrairement à celui des politiciens.

Ne lâchez pas nous sommes avec vous.