11 mars 2016

Les dindons de la farce

La production des sables bitumineux de l’Alberta pourrait doubler d’ici la fin de la décennie et les résistances de l’Ouest et des USA font en sorte que TransCanada (T.C) a mis toute la pression sur les politiciens du Québec pour passer leur sale produit sous le sol Québécois. Le pipeline risque de devoir traverser pas moins de 256 cours d’eau au Québec et plus d’une centaine d’entre eux sont de moyenne ou de grande taille incluant le fleuve St-Laurent et ses berges.
Dindons
La compagnie a décidé de traversé tout le Canada en inversant un gazéoduque et pour se rendre au Nouveau Brunswick traverser le Québec. Pourquoi nous imposer cette énormité lorsque plusieurs autres possibilités étaient disponibles? Le plus court chemin entre 2 points est la ligne droite, le pipeline aurait dû traverser la Colombie Britannique ou le diriger vers la Baie Hudson.

Ils ont joué de stratégie en faisant d’abord monter la pression en planifiant un port de mer au Québec jumelé au passage de l’oléoduc. Devant le tôlé soulevé ils ont laissés tombé l’idée du port de mer et ainsi obtenir plus facilement le niveau d’acceptabilité social requis pour leur projet d’oléoduc. Est-ce plus facile avec nos politiciens?