Québec, le 11 novembre 2009

Les coquelicots
Jour du souvenir

Les coquelicots se portent le jour de l’armistice ou du souvenir le 11 novembre et lors de la semaine des anciens combattants comme symbole du souvenir afin de rendre hommage à ceux et celles qui ont servi lors de guerres ou de maintient de mission de paix. Les coquelicots poussent dans les champs en France où la guerre a eu lieu ces fleurs nous rappellent les sacrifices et les pertes dues à la guerre.

L’armistice est un traité signé par plusieurs gouvernements mettant fin à des hostilités entre armées en temps de guerre. C’est le jour qui marque officiellement la fin d’un conflit ; il est souvent considéré comme une fête nationale pour les pays sortis vainqueurs d’un conflit armé. C’est une suspension des hostilités après un accord entre les belligérants.

L’armistice, signé le 11 novembre 1918 à 5 h 15 dans le wagon-salon du maréchal Foch ,qui sera appelé par la suite wagon de l’Armistice, marque la fin de la Première Guerre mondiale (1914-1918), la capitulation de l’Allemagne et la victoire des alliés. Toutefois cette guerre a fait plus de 18 millions de morts et des millions d’invalides ou de mutilés.

Elle rappelle également la fin de la Seconde Guerre mondiale marquant la capitulation sans conditions de l’Allemagne le 8 mai 1945 puis par celle du Japon le 2 septembre 1945. Cette guerre constitue le conflit armé le plus vaste que l’humanité ait connu, mobilisant plus de 100 millions de combattants de 61 nations, déployant les hostilités sur quelque 22 millions de km², et tuant environ 62 millions de personnes.

Il faut se rappeler que parmi les crimes figurent la déportation en camps de concentration, camps de travail et camps de la mort, comportant des chambres à gaz à des fins d’populations entières (Juifs, Slaves, Tziganes), ou de catégories particulières d’individus (homosexuels, Témoins de Jéhovah, handicapés, etc.) commandées par le régime nazi sous le règne d’Adolphe Hitler.

Malgré ce fléaux de morts les grandes puissances continuent à jouer à la guerre et à envoyer nos soldats se faire tuer dans des conflits qui, contrairement aux deux guerres mondiales, n’apportent aucune valeur ajouter sur le plan de la paix mondiale (Viet nam, Irak, Afghanistan).