Québec, le 8 août 2007

Les algues bleues

La ministre du Développement durable, de l’environnement et des parcs du Québec madame Line Beauchamp a entrepris une tournée des régions affectées par les algues bleues. Madame Beauchamp qui rencontre les élus municipaux lors de sa tournée promet d’agir rapidement dans ce dossier. Qu’ont fait les élus municipaux depuis les trente dernières années et qui sont les vrais coupables de la prolifération des algues bleues dans les lacs du Québec? Cette algue bleue est un micro-organisme déjà présent dans les lacs et, dans un cours d’eau sain, elles sont invisibles à l’œil nu mais peuvent rapidement être présente à la surface de l’eau s’il y a détérioration de la qualité de l’eau.

La détérioration de la qualité de l’eau des lacs et, pour la région de Québec, les lacs St-Joseph, Sergent et St-Charles la prise d’eau de la ville de Québec, ne date pas d’hier. En effet à plusieurs reprises la qualité de l’eau a été dénoncée sans trop de rebondissement souvenez-vous il y a quelques années les autorités avaient fermé la plage St Germain aux baigneurs à cause de test positifs sur la pollution de l’eau. Toutefois la conscientisation des citoyens face à la protection de l’environnement amène les gens à constater ces problèmes.

Il va de soi que la déforestation de la bande riveraine liée à l’a construction de chalets, maisons ou domaines à proximité des lacs est une causes parmi tant d’autres. Ces domaines exigent un entretien paysager hors pairs pelouses jusqu’au bord du lac, engrais et répulsifs à profusion ce qui augmente les phosphates dans l’eau.

Les solutions passent avant tout par le civisme des riverains et des visiteurs, un plan d’action, une bonne réglementation et une tolérance zéro sur les produits d’engrais, pesticides et autres répulsifs, des installation septiques loin du lac et conforment aux normes.

Ce sont les riverains qui doivent payer la note. Chers résidents, les solutions vous appartiennent maintenant.