11 janvier 2017

L’envers du bon sens

En 2016 le maire de Québec avait pris son bâton de pèlerin environnemental pour faire adopter le règlement de contrôle intérimaire empêchant les nouvelles constructions dans le bassin versant du lac St-Charles. En 2017 il se fait un ardent défenseur du projet d’agrandissement du port de Québec qui permettra la construction de réservoirs pour du stockage de vrac liquide près de la Baie de Beauport.

Les dés sont pipés car avant même que les consultations publiques soient débutées ou réalisées le maire de Québec Régis Labeaume, le ministre fédéral des Transports Marc Garneau, le député fédéral de Québec Jean-Yves Duclos et la députée provinciale de Chauveau Véronyque Tremblay font un plaidoyer en faveur du projet.

Beauport 2020 vise à agrandir la zone portuaire de 17 hectares pour le transbordement de vrac liquide et solide. Le directeur du port Mario Girard minimise le fait que l’administration du port de Québec dont il est le PDG installera une bombe en plein cœur d’un secteur très fréquenté comme la Baie de Beauport qui se voulait un endroit paisible de villégiature.

Avec des gouvernements majoritaires au fédéral, provincial et municipal les élus se croient tout permis et organisent des consultations bidon.