Le sens du devoir

Une autre figure marquante de la scène politique du Québec des cinquante dernières années est décédée. L’ex-premier ministre du Québec du parti Québécois Bernard Landry nous a quitté à l’âge de 81 ans sans avoir réalisé son rêve de voir son pays le Québec siéger aux Nations unies ou les grandes décisions se prennent.

À ce que je me souvienne l’une de ses grandes réalisations fut le traité signé avec les cris de la Baie James en 2002. La paie des braves a amorcé la réconciliation entre le Québec et les premières nations. Ce fut l’ère d’une nouvelle relation avec les autochtones du Québec.

Tout le monde sans exception salue sa contribution économique et son apport à l’édification d’un Québec moderne. Dans les années 1980 le ministre d’État au Développement économique du temps Bernard Landry présentait son document bâtir le Québec dans lequel l’état devait être la pierre angulaire du développement économique. C’est de là que sont partis les grappes industrielles.

Les jeunes développeurs informatiques qui gagnent aujourd’hui un bon salaire le doive également à son acharnement à développer le multimédia.

Au revoir et merci Monsieur Landry et je me souviendrai toujours de votre phrase célèbre que vous considériez le parti avant les hommes, et la patrie avant le parti.