Québec le 9 mars 1998

Le Sauveur

Je désirerais répondre à la lettre de Marc Théberge de Val Bélair écrite dans le carrefour des lecteurs du soleil 9 mars et intitulé: VENEZ NOUS VOUS ATTENDONS. De quel droit obligez vous ce fédéraliste convaincu à venir au Québec pour sauver je ne sais quoi que les «made in Québec», pour employer vos mots, les Johnson et Johnson, Bourassa, Lesage et autres n’ont pu faire. Vous savez les problèmes ne sont peut-être pas là où vous les voyez, car il faut faire attention aux faux sauveurs, prenez comme exemple l’aire de la Trudomanie qui a vu le déficit du Canada passer de 100 milliards à 600 milliards.

Vous lui promettez corps et âme votre aide si, par la force ou presque, il viendrait briguer les suffrages pour le parti Libéral du Québec. Encore là où étiez-vous pour aider les autres sauveurs ci-haut mentionnés. J’utilise encore là utiliser vos propres mots, vous les avez laissé dans l’isolement complet sans les aider à arrêter le flot de ce peuple qui veut s’affirmer et progresser économiquement.

Faire du Québec un Québec fort est et doit rester la devise qui anime tout politicien du Québec de n’importe quel parti et il doit composer avec ce que le peuple veut car ce dernier est le seul à décider. Arrêter de le harceler et chercher dans vos politiciens du Québec qui ont déjà navigué sur cette mer péquiste et en ont déjà vu les battures.

Pour reprendre encore vos paroles, oui Monsieur Jean Charest est le politicien d’avenir pour le Canada et il devrait y rester pour reprendre le contrôle du reste du Pays et naviguer sans le Québec.