Québec, le 28 juin 2009

Le roi est mort vive le roi

Même si la mort du roi du pop des années 1970 me laisse un peu indifférent il est quand même important de constater l’ampleur de ce phénomène qui a marqué l’histoire de la musique. Tous les médias du monde en ont fait la une, avec émotion, et ce n’est que le début. Par sa musique il était universel, Michael Jackson a battu de nombreux records de l’industrie du disque. Le nombre total de ses ventes est estimé à 750 millions de dollars ce qui le classe plus gros vendeur d’albums de tous les temps pour un artiste solo. Finalement qui est ce petit roi qui a essayé, par diverses chirurgies, de faire enlever son éternelle image d’afro-américain?

Septième d’une fratrie de neuf enfants il devient le petit génie, le Mozart de la famille, l’aimé des dieux et ce à 6 ans dans ce que l’on appelait dans le temps les «Jackson Five». Imaginez un instant que vous grandissiez devant le public car dès que cette star a pu marcher, on l’a mis sur une scène et ses fans sont vite devenus ses tuteurs et ses souffre douleur.

De ce fait son manque d’affection comme réel enfant est devenu visible et médiatique.
Afin de combler ce temps perdu il a acheté un ranch de 1 400 hectares à Santa Barbara (Californie) symbolisant parfaitement ses caprices extravaguant. Par la suite il a transformé ce domaine en immense parc d’attractions pour y recevoir ses invités, on y trouvait un zoo, une grande roue, des manèges, des toboggans géants, des montagnes russes ou encore des autos tamponneuses. Il fut inspiré par le pays imaginaire de Peter Pan où les enfants ne grandissent jamais.

A l’issue de son procès pour attouchements sexuels sur mineur, duquel il sort innocenté de tous les chefs d’inculpation, le 13 juin 2005, le chanteur quitte Neverland pour s’installer à Bahreïn, où il établit sa résidence principale Malgré cette controverse qui n’a laissé personne indifférent les billets pour les 50 représentations londoniennes avaient trouvé acquéreurs dans les minutes suivant la mise en vente en mars. Était-ce une popularité décroissante?

Malheureusement pours ses nombreux fans il est parti rejoindre les autres Kings de la chanson dont les mémoires demeurent éternelles.

En ce qui me concerne, l’image que je garderai de lui et que tous les jeunes essayaient d’imiter ce sont ses pas de danse c’est à dire ceux qu’il marche et qu’il recule en glissant.