Québec, le 26 mai 2011
334842-projet-loi-maire-labeaume-depose
Le PQ et l’art de se mettre dans le trouble

Agnès Maltais et le parti Québécois (PQ) se sont mis dans le trouble en appuyant la demande du maire Régis Labeaume de voter une loi privée afin d’empêcher les citoyens de contester son entente avec Quebecor média sur la gestion d’un nouvel amphithéâtre. De ce fait le PQ qui dénonce ouvertement depuis un an le manque de transparence de Jean Charest en exigeant une enquête publique sur l’octroi de contrats appui le maire Labeaume qui pratique ce manque de transparence.

Lors de la conférence de presse annonçant le projet de loi privée du maire Labeaume la députée de Québec Agnès Maltais avait déclarée que ce projet privé rendra inattaquable l’entente intervenue sur la gestion d’un nouvel amphithéâtre. Madame Maltais appuyait également le maire lorsque ce dernier avait déclaré dans la même conférence de presse que son but était de tuer dans l’œuf toute éventuel contestation.

Mardi, faisant suite aux questions des journalistes sur ce qu’elle avait déclarée la veille, la députée de Québec s’est contredite en déclarant sans bronchée que le projet de loi n’empêchera en aucun cas les poursuites judiciaires. La chef du Parti Québécois Pauline Marois en a rajoutée en spécifiant qu’il faut arrêter ce niaisage et a défendu la décision de son parti de parrainer le projet de loi privé du maire Labeaume pour protéger l’entente intervenue entre la Ville de Québec et Quebecor pour la gestion de l’amphithéâtre.

Le parti Québécois n’avait tout simplement pas à s’immiscer dans ce débat impliquant la municipalité de Québec, le maire Labeaume et Pierre-Karl Péladeau PDG de Quebecor média. Le maire Labeaume veut agir en homme d’affaire et taire toute contestation nuisant à ses projets et a mis le PQ dans sa poche d’en arrière. En tant que membre du parti je trouve déplorable cette intervention inopportune et sans valeur ajoutée pour mon parti.

J’espère que le député indépendant Amir Khadir se tiendra debout et empêchera la présentation de ce projet de loi privé afin de passer à autre chose.