Québec le 23 juin 1997

Le meilleur ami de l’homme

J’ai lu la semaine dernière l’article de madame Gaudreault concernant son chien basset en rapport avec la nouvelle politique de la ville sur la rue Cartier et autres artères commerciales. Je connais bien le vieil adage que le chien est le meilleur ami de l’homme d’ailleurs la plupart de mes voisins en possède un mais il ne faut pas exagérer. Votre article mentionnait que la ville n’est pas correcte en interdisant de se promener sur certaines rues achalandées ou d’aller dans certains commerces avec votre chien et bien permettez-moi, d’être d’avis contraire à la vôtre.

Ma conjointe et moi se promenons régulièrement sur la rue Cartier ou autres artères populaires afin de rencontrer des gens qui s’y promènent, qui y vivent et y habitent. Combien de fois nous avons dû se déplacer ou changer de trottoir parcequ’un chien et son maître y prenait toute la place et, il était parfois dangereux de s’y aventurer. On pense même que c’est le chien qui promène le maître à certaines occasions, soit de gauche à droite tout en entendant:.pitou ici, pitou coucher, aie pitou, voyons pitou, touche pas pitou etc. Quand ce n’est pas de voir ou rencontrer un maître, tirant ou essayant de retenir son chien avec une lesse en cuir d’environ 6cm de large et de 1cm d’épaisseur et de l’entendre s’écrier tout doux… tout doux. Combien de fois aussi se faire renifler dans certains endroits intimes par ces espèces canins en recherche d’on ne sait quoi tout en n’oubliant pas de faire leurs besoins.

Pour tout cela et autres considérations nous sommes d’accord avec cette politique de la ville et croyez-moi elle n’est pas sévère.