Québec, le 4 mars 2009

Le drapeau à l’envers

Acheter une caisse de Red Bull, comme l’a dit le maire hier au conseil de ville, afin de sauver l’événement du crashed ice, est de la fanfaronnerie, de l’hypocrisie et de la petite politicaillerie. Dans l’opinion des lecteurs j’ai déjà écrit qu’une poignée de citoyens ne peuvent gérer une ville. Par contre je n’ai jamais dit, comme le maire Régis Labeaume l’a fait hier, que les comités de citoyens ne sont pas représentatifs et il faut qu’ils disparaissent.

Dans la ville de Québec un peu plus de 50% des citoyens s’expriment démocratiquement afin d’élire les personnes qui gèreront la ville et l’autre 50% s’en fou profondément. Par contre qui sont les plus chialeurs? Est-ce les gens qui s’expriment par leur vote ou les autres? C’est important car cette chicane de bouts de chandelles traverse le monde et les promoteurs d’évènements pensent déjà ailleurs afin d’éviter le pire.

Vous savez qu’un pays, un état ou autre entités démocratique peut placer son drapeau en envers signifiant une demande d’aide. En sommes nous rendu là?