Québec, le 3 février 2010

Le bracelet ange gardien

Voici un autre exemple de la surprotection néfaste qu’exercent nos gouvernements sur la vie et le bien-être de la population en se servant à outrance et sans fondement de la charte des droits ou autres règlements inventés par les politiciens souvent au détriment de la collectivité. En effet, nous apprenons que le bracelet GPS Columba appelé le bracelet ange gardien quoiqu’inventé par une compagnie Québécoise ne sera pas vendu au Canada à cause de la protection des renseignements personnels.

En fait les gouvernements n’ont pas de leçon à donner concernant la protection des renseignements personnels avec le jumelage qu’ils font de toutes les banques de données médicales, impôts et autres transactions afin d’en connaître davantage sur nos façons de vivre et de consommer. Que dire maintenant de toutes les informations personnelles contenues dans nos diverses cartes de crédits ou de débits.

Le bracelet ange gardien est une invention intelligente non dangereuse car c’est un bracelet de la taille d’une grosse montre intégrant la téléphonie mobile, les alertes intelligentes et le GPS. Il permet de localiser avec précision, en cas de nécessité, le porteur (souvent une personne atteinte de la maladie d’Alzheimer). Lors d’une situation d’urgence, d’assistance, de fugue ou d’errance, le Columba permet non seulement de localiser le porteur, mais aussi de lui parler grâce à la fonction mains-libres intégrée au portable.

Contrairement aux autorités Canadiennes les Finlandais ont vite compris l’urgence de la situation car la société Finlandaise EXREI a mis la main sur les actifs de la compagnie Québécoise Medical Intelligence et ce produit est maintenant vendu dans plusieurs pays dont la Finlande, la France et l’Espagne mais pas au Canada.