Lapsus diplomatique

Depuis son retour de Russie et devant la controverse soulevée le président des États-Unis admet avoir substituer au terme qu’il voulait dire un autre mot qui n’avait définitivement pas la même signification. En présence du président de la Russie, devant les nombreux médias Donald Trump avait désavouer ses propres enquêteurs sur l’ingérence russe dans l’élection américaine en croyant davantage le camp de Vladimir Poutine.

Il ose nous faire à croire que son intervention ne serait qu’un lapsus et que ses paroles ont tout simplement dépassé sa pensée. On sait tous que le président américain possède un sentiment exagéré de sa propre valeur et une estime excessive de lui-même. Cet homme est assez orgueilleux qu’il s’imagine mener le monde à sa façon et pense avoir toujours raison.

Depuis son élection inédite les exemples de ses supposés lapsus sont devenues monaies courantes. D’un côté il donne la main et de l’autre et donne des coups de poings. Souvenons-nous de son revirement troublant sur l’entente commune au G7 de Charlevoix.

Il essai de faire partager de façon désagréable son sentiment de satisfaction de lui-même et sa vanité dépassant les frontières du réel, est nuisible et innefficace pour tout le monde.