4 novembre 2012

La tête dans le sable

À l’ouverture de la 40e législature le 30 octobre le gouvernement minoritaire du parti Québécois dirigé par Pauline Marois a présenté son projet de loi 1 touchant l’intégrité dans l’octroi de contrats publics. De ce fait les entreprises qui voudront obtenir des contrats de l’État devront prouver leur intégrité avant de pouvoir répondre aux appels d’offres. Cette loi s’appliquera aux contrats pour la construction, l’approvisionnement, les services professionnels ou les systèmes informatiques dans les ministères, organismes gouvernementaux, sociétés d’État et municipalités.

La première critique négative est venue du parti libéral du Québec (PLQ) qui a eu la tête dans le sable durant près de 10 ans. En effet l’ex ministre des transport et maintenant porte-parole en matière de Conseil du trésor le député Sam Hamad a déclaré que le projet de loi ne va pas assez loin et va même jusqu’à traiter le document de torchon.

Qu’a fait le PLQ durant 10 ans et pourquoi avoir attendu tant d’années avant de créé la commission d’enquête publique?

Pourquoi l’UPAC a attendu la commission Charbonneau avant de procéder à des arrestations et des saisies? Est-ce le changement de gouvernement?