Québec 26 mars 2008

La santé publique

L’ex ministre de la santé et des services sociaux Monsieur Jean Rochon et 8 autres signataires dont l’ex maire Jean-Paul l’Allier ont signé un point de vue parut dans le soleil du 25 mars concernant la fluoration de l’eau et sur le fait de ne pas céder à la campagne de peur. Par contre nous venons d’apprendre que le conseil de ville arrêtera la fluoration de l’eau le 1ier avril 2008 en prétendant une incompétence à juger des bienfaits ou non de la fluoration de l’eau.

Une simple petite recherche nous apprend que de nombreuses études (plus de 27 000) ont été réalisées sur le sujet. En effet d’abord conduites aux États-Unis, certaines études ont ensuite été reprises de diverses façons dans d’autres pays, dont le Canada. Il est important de souligner que toutes ces études ont abouti à la même conclusion : La consommation d’eau fluorée (naturellement ou dont la teneur a été ajustée) confère une protection contre la carie dentaire et ne présente aucun risque pour la santé globale. Il est également important de mentionner que nos jeunes enfants sont exposés au fluor provenant de plusieurs sources autres que l’eau potable, à savoir les dentifrices et rince-bouche, de même que les aliments et les boissons préparés avec de l’eau fluorée.

Après avoir étudié en détail les rapports de recherche et les débats qu’ils ont suscités, le ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec, Santé Canada, l’Ordre des dentistes du Québec et le Collège des médecins du Québec, ainsi que l’Association dentaire canadienne et l’Association médicale canadienne et d’autres organismes de santé et communautaires du Canada et du Québec ont souscrit à la fluoration.

De plus, lors d’une étude commandée par le ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec, des parents québécois ont répondu à des questions qui leur ont été posées par rapport à la fluoration de l’eau potable. Les répondants étaient pour la fluoration de l’eau mais une bonne majorité était en manque d’informations sur le sujet. Les opposants à la fluoration, manquent d’arguments scientifiques. Toutefois, la grande majorité des opposants le sont parce qu’ils sont tout simplement mal informés, pour des motifs philosophiques, pour des motifs commerciaux ou finalement pour des raisons politiques.

Pendant que le Gouvernement provincial de Jean Charest veut intervenir sur la violence au hockey, le conseil de ville joue sur la santé de nos enfants.