Québec, le 1ier décembre 2011
600_marjorie_raymond_facebook_111130
La faute de la vie

C’est toujours un évènement malheureux lorsqu’on entend parler que quelqu’un s’est enlevée la vie. C’est effectivement une triste histoire d’apprendre qu’une jeune adolescente de 15 ans a posé ce geste cette semaine et qu’elle accuse l’intimidation physique et verbale, dont elle a été victime à l’école.

Certains commentaires émis vont dans le sens que dans notre temps l’intimidation ça existait, que l’école est l’apprentissage du début de la vie et qu’il n’y avait pas de suicide autant qu’aujourd’hui.

Par contre dans la lettre que la jeune adolescente a laissée à sa mère elle mentionne que c’est la faute à la vie. En effet il faut être au fait que la définition de l’intimidation a évolué avec le temps et que les torts causés par l’intimidation psychologique et verbale, ainsi que par l’exclusion sociale, font parti intégrante de la vie.

Dans notre temps l’intimidation désignait davantage des actes physiques comme frapper, ou donner un coup de poing ou un coup de pied. En plus nos jeunes essais de suivent la vie et de vieillir plus vite que leur système est capable de leur fournir.

Il est très difficile de mettre le doigt sur les vraies raisons, il ne faut pas chercher les coupables mais bien trouver des moyens d’essayer de contrer ces gestes.