Québec, le 11 Octobre 2011
Régis premier
La démocratie avant tout

Le maire de Québec Régis Labeaume veut faire amender la loi sur les élections et les référendums afin de pouvoir réduire le nombre d’élus au conseil de ville de Québec. Par contre la loi sur les élections et référendums dans les municipalités établie qu’entre 30 et 90 conseillers devrait siéger au conseil municipal d’une ville de plus de 500 000 habitants comme l’est devenue la ville de Québec.

Il faut se rappeler que depuis les fusions municipales, en 2001, la Ville est passée de 109 conseillers à 37 et que la Charte de la Ville , en vigueur depuis les élections municipales de 2009, fixe à 27 le nombre de conseillers municipaux.

Je comprends que monsieur Labeaume aime commander comme la publicité du St-Hubert le rappelle mais la démocratie doit passer avant la dictature. Les conseillers de la Ville constituent un lien démocratique essentiel entre les résidents et leur administration municipale. En tant que membres votants du Conseil municipal, ils leurs incombent de représenter les intérêts de leur quartier, de les concilier avec les besoins immédiats et à long terme de la communauté en général de Québec.

De ce fait réduire le nombre de conseillers permet peut-être des économies en temps et en argent, encore faut-il quantifier ces économies, évaluer la représentativité et le service rendu au citoyen.

Quel est le véritable objectif du maire?