Québec, 27 juillet 2006

L’Émule de Georges Bush

L’article parut dans le soleil du 27 juillet concernant la déclaration du premier ministre du Canada Monsieur Stephen Harper sur les bombardements de l’état d’Israël vers le Liban m’a particulièrement déçu. En effet il est reporté que Monsieur Harper a réitéré son appui à la démonstration de force de l’état Hébreu contre le Liban. Je ne suis toutefois pas d’accord avec l’acte de barbarisme commis par les soldats de l’Hezbollah à la frontière israélo-libanaise sur des soldats Israéliens ce qui a initié le déclenchement du conflit.

Ceci dit, la riposte d’Israël a prise une ampleur démesurée face à cet évènement malheureux et ses représailles touchent une majorité d’innocents qui n’ont rien à voir avec le conflit. Monsieur Harper face à votre déclaration incendiaire, on ne peut approuver une guerre, il est impensable que l’on cautionne le meurtre systématique de milliers de citoyennes et citoyens comme le fait le président des États-unis.

Il faut que vous reveniez en arrière sur votre décision d’appui à la guerre et que vous proposiez un plan censé qui apportera une solution à la crise le plus rapidement possible. D’ailleurs dans le même journal un article mentionne que la conférence internationale de Rome n’est pas parvenue à s’entendre sur une proposition de cessez le feu immédiat mais plutôt sur une déclaration finale demandant à l’État Hébreu à observer la plus grande retenue.

Qu’elle était la position du Canada sur cette proposition de cessez le feu? Était-ce la position des États-Unis qui semblait être isolés?