Québec 7 février 2008

L’Apocalypse
(Commentaires sur l’article de Jean-Jacques Samson du journal de Québec du 7 février sur Rabaska)

Je suis d’accord avec les propos de Jean-Jacques Samson parut dans le journal de Québec du 7 février concernant l’apocalypse préfabriquée par la nouvelle opposition au projet Rabaska. Voilà que les quelques opposants au projet Rabaska sont allés chercher l’appui des membres du groupe Greenpeace.

Lorsque arrive un problème d’environnement au Québec ou au Canada indépendamment de son ampleur, qui voit-on arriver, des représentants de Greenpeace. Par contre, ces écologistes se taisent lorsque notre voisin immédiat les États unis d’Amériques annulent des contrats d’hydro-électricité à coup de milliers de kilowatts pour remplacer les besoins en énergie par des centrales à base de gaz ou encore mieux, des centrales nucléaires. Au lieu de chercher des poux au Québec pourquoi ne dénoncent t’ils pas la pollution des Grands lacs, les pluies acides générées par les usines au delà de notre frontière qui détruisent l’air et la survie aquatique d’une partie de la planète

À partir de préoccupations bien légitimes de la population face à la protection de l’environnement et à la sécurité pour les résidences près de la zone convoitée une majorité de la population est maintenant favorable parce qu’elle a reçu l’assurance tant par les promoteurs, le BAPE que les ministères impliqués. Ce débat a permis aux citoyennes et citoyens d’avoir des réponses et de se prononcer d’une façon plus éclairée sur le vrai projet. Ce projet a toute son importance sur le plan économique pour la grande région de Québec afin que l’on prenne notre place face au marché du gaz naturel dont la demande ne cesse de croître au niveau mondial.

Depuis un certain temps, les projets à forte incidence économique sont rejetés systématiquement par des groupes de citoyens ce qui nuit considérablement au développement économique de la grande région de Québec.