Québec, le 27 août 2010

L’AMF toujours prêt jamais là!

D’autres investisseurs se sont fait arnaquer car la conseillère financière Carolle Mainville est soupçonnée par l’Autorité des marchés financiers (AMF) d’avoir élaboré une fraude de 1,5 million $ en utilisant un stratagème de type pyramidal.

On se souvient de l’affaire Norbourg dans laquelle Vincent Lacroix avait enfreint la Loi sur les valeurs mobilières du Québec en dérobant 115 millions de dollars à 9200 investisseurs entre 2002 et 2005. Il y a eu le cas Earl Jones qui entre 1981 et 2008 avait placé tous les fonds de ses clients dans un compte en fidéicommis dans lequel il puisait allégrement pour ses fins personnelles et 150 victimes ont perdu 75 millions de dollars. Il ne faudrait pas oublier la fraude de Cinar de plusieurs millions de dollars.

Pourquoi l’AMF arrive toujours trop tard? Pourtant dans sa loi constitutive elle doit prêter assistance aux consommateurs de produits et aux utilisateurs de services financiers. De ce fait elle doit veiller à ce que les institutions financières et les autres intervenants du secteur financier respectent les obligations que la Loi leur impose.

En 2009 l’AMF avait lancé une vaste campagne de publicité pour sensibiliser la population contre la fraude et le slogan était avant d’investir investiguez mais n’est-ce pas son rôle d’investiguer?