Québec 02 octobre 2007

L’ADQ vert pâle

Je suis d’accord avec les propos de Gilbert Lavoie parut dans le journal le Soleil du 2 octobre concernant le commando de délégués chargé de faire changer d’idée les militants et militantes de l’action Démocratique du Québec (ADQ) de Mario Dumont lors du congrès tenu en fin de la fin de semaine. Ce parti vient de démontrer hors de tout doute raisonnable qu’il n’est plus un jeune parti. En effet en flairant le pouvoir, il agit de la même façon que le font les partis traditionnel mi-figue, mi-raisin. À partir d’une résolution d’un respect presque intégral du protocole de Kyoto et d’un vrai plan vert, voilà que certains intervenants ont réussi à diluer cette proposition pour en faire un plan vert pâle.

L’ADQ s’est très vite rapproché de la proposition du parti conservateur, de Stephen Harper et de celle des États-unis d’Amérique de George Bush. Il va de soi que l’industrie contribue à s’assurer d’une balance commerciale adéquate et que les dirigeants doivent protéger l’industrie mais à quel prix et qui doit on sacrifier.

Je conviens qu’un contrôle strict de la pollution atmosphérique affectera pratiquement toute l’industrie. En effet, les coûts pour maîtriser la pollution seront énormes mais c’est un choix à faire et le prix à payer pour sauver la planète et nos futures générations.

Le parti de Mario Dumont doit revenir vert plus foncé et endosser sa position première sur le respect de Kyoto.