Québec, le 20 mai 2009

L’ADQ a manqué d’opportunisme

L’action démocratique du Québec (ADQ) en esprit de clocher n’a pas participé au point de presse des partis de l’opposition qui faisait l’unanimité pour demander une enquête publique sur le financement des partis politique. En effet en l’absence de Gérard Deltell de l’ADQ le point de presse réunissait Mme Pauline Marois, chef de l’opposition officielle pour le Parti Québécois, M. Amir Khadir, député de Mercier pour Québec Solidaire et de M. Éric Caire, député indépendant de La Peltrie.

C’était, pour nos représentants, un devoir d’être présent à ce point de presse parce qu’en tant qu’élus ils ont une tâche qui est fondamentale, qui est sacrée, c’est celle de nous représenter. À cet effet jamais on n’aura vu un sujet faire l’unanimité à ce point-là dans la population, être aussi désiré par la population que la commission d’enquête publique sur la construction, sur le financement des partis politiques. Ce qui est déplorable, c’est de voir qu’il y a une partie de l’opposition qui, encore une fois, se refuse d’écouter la population et de faire leur travail de représentant de la population.

De la même manière L’ADQ dont la population avait donné un mandat d’opposition officielle en leur offrant 41 députés lors du scrutin général du 26 mars 2007 il a manqué d’opportunisme et n’a pas réalisé le travail dont la population s’attendait. C’est pour cette raison qu’à l’élection générale du 8 décembre 2008 l’ADQ n’a fait élire que 7 députés. Cette façon d’agir démontre jusqu’à quel point ce parti manque d’intérêt et allume des feux qu’il n’est pas capable d’éteindre.