29 juillet 2012

Jouer au chat et à la souris

Depuis le mois de janvier les différents médias et partis de l’opposition étaient sur le qui-vive et voyaient aux les différentes actions du gouvernement libéral du Québec (PLQ) un possible déclenchement d’élections. En effet le PLQ approchant de la fin de son mandat de quatre ans était le seul a pouvoir déclencher des élections tant attendues et tant réclamées de tous.
nx7q0zbu
Il va de soi que les rumeurs se sont ravivées de plus belles avec comme arrière-plan le conflit étudiant et la commission Charbonneau sur les allégations de corruption. À force de jouer au chat et à la souris sur ce déclenchement d’élections Jean Charest a agit en chef du PLQ plutôt que premier ministre servant les intérêts du Québec.

Ça fait des mois que Jean Charest joue avec nos nerfs calcule, évalue, sonde et manœuvre l’opinion publique en attendant le bon moment et en essayant de créer les conditions gagnantes.

Pourquoi le prochain gouvernement ne pourrait pas introduire certaines mesures afin de restaurer la confiance du public à l’égard de l’intégrité des processus électoral et législatif? De ce fait des élections à date fixe permettraient de préparer la campagne électorale à l’avance, ce qui entraînerait un débat plus large, plus profond et le publique en sortirait grand gagnant.