À peine remis des fêtes du nouvel an le président des États-Unis Donald Trump a décidé de jouer au jeu de guerre 2.0. Je ne connais pas le général iranien Ghassem Soleimani, tué vendredi 3 janvier sur ordre de Donald Trump mais valait t’il la peine de lancer une alumette dans ce baril de poudre qu’est le Moyen Orient.

De ce fait l’Iran a réagi en tirant, en l’espace d’une demi-heure, 22 missiles sur deux bases irakiennes où sont installés des soldats étrangers en majorité des Américains et peut-être des Canadiens. Comme c’est son habitude le président américain a réagit sur twitter en laissant entendre que le bilan n’est pas très lourd.

Ce n’est pas un simple jeu de dard ou la cible est à quelques pieds mais bien un jeu de guerre réel ou des belligérants on le doigt sur le piton et lance des missiles à des centaines de kilomètres. L’espace de jeu est pas mal plus grand, les dangers de se tromper sont énormes et lapossibilité de dommages colatéraux démesurés.

J’espère que le Canada n’embarquera pas dans ce jeu de coqs de ruelles.