Québec le 16 juin 1998

Informatique

Je désirerais répondre à l’article de Clément Larivière, analyste de l’informatique et des procédés administratifs, paru dans le soleil de vendredi le 12 juin concernant une supposé fuite des cerveaux. C’est un peu prétentieux que de dire que sans vous, Le Québec ne fonctionnerait pas. Que pensez-vous des autres corps d’emploi qui construisent le Québec des années 2000 tant par le développement de l’aspect social que par l’ingénierie des différents processus techniques et administratifs.

Si les analystes en informatiques n’avaient pas créé de programmes aussi complexes peut-être que nous ne serions pas obligé de posséder un cours universitaire pour faire fonctionner les appareils domestiques et d’avoir 4 à 5 manettes pour se servir adéquatement de la télévision, le vidéo l’appareil de son et autres. D’ailleurs on se fait souvent dire qu‘il ne sert à rien de corriger tel ou tel programme ce serait trop long et trop complexe il serait plus simple et plus facile de le réécrire.

Que penser maintenant du passage à l’an 2000, ces cerveaux n’ont pas pensez qu’après 1999 vient un 2000, cet oubli coûtera des millions de dollars voire même des milliards. Quand à l’esprit de votre message d’augmenter votre masse salariale au détriment des autres corps d’emploi plus modestes mais qui servent une population de plus en plus exigeantes je pense qu’il y a matière à réflexion.

Nous devons tous et toutes ensemble bâtir le Québec des années 2000 et c’est par une fonction publique forte, efficace et uni que nous y parviendrons. Ceux et celles qui, par carrière, désire occuper un poste ailleurs c’est un choix et nous devons le respecter par contre il ne faut pas dénigrer ceux et celles qui continuent à servir la population.