Québec, le 27 juillet 2011
328932-francois-legault-pauline-marois
Il faut se ressaisir

Le parti Québécois fondé par René Levesque dans les années 1970 vit une période d’instabilité et de questionnement. Cette récente période nous rappelle la précédente crise de 1984 lors du beau risque de René Levesque avec l’idée d’un fédéraliste renouvelé qui avait amené la démission de 6 ministres dont Jacques Parizeau et plus tard de René Levesque lui-même.

Les journalistes et caricaturistes s’en donnent à cœur joie ces temps-ci jusqu’à la limite du ridicule et de l’acceptable sur le dos notre pauvre Pauline qui n’a qu’à se reprocher d’essayer de sauver la chèvre et le chou.

http://ygreck.typepad.com/ygreck/2011/06/bonne-st-jean.html

http://storage.canoe.ca/v1/blogs-prod-photos/1/4/e/4/2/14e42cdd7ae0ce5251dcbfcf46b96bce.jpg?stmp=1308333379

Il faut se ressaisir car nos ennemis sont mort de rire et n’ont qu’à nous laisser s’entredéchirer. Ce n’est pas normal que, malgré toutes les malversations, Jean Charest passe avant Pauline Marois dans les sondages. À l’aube de fêter nos trente-cinq ans depuis l’élection de novembre 1976, 18 ans au pouvoir, cinq premiers ministres, neuf élections, deux référendums il faut se reprendre en main.

Souvenons-nous qu’en 1976, à la surprise générale, le Parti Québécois défait un gouvernement libéral miné par le cynisme et les allégations de corruption. Le 15 novembre 1976 passe à l’histoire comme un des moments les plus importants de l’histoire du Québec. Ayant obtenu 41,37 % des voix et faisant élire 71 députés, René Lévesque déclare : « Je n’ai jamais pensé que je pourrais être aussi fier d’être Québécois que ce soir. »

http://www.youtube.com/watch?v=dIXJjxej9Ok

Quels beaux discours qui me font vibrer et me rappellent que la cause existe toujours et que nous devons tous y participer en marchant main dans la main et en arrêtant d’être des empêcheurs de tourner en rond.

http://fr.uppertweet.com/-YouTube-Souverainete-du-Quebec-Discours-Rene-Levesque–url-3877988.html

Ce n’est pas un opportuniste et une mauviette comme François Legeault qui va nous dicter ce que doit être notre nation. Lors de la dernière élection fédérale et le déferlement de la vague orange les Québécois ont tout simplement donnés leur opinion.

Il nous reste deux ans à rebâtir le parti sur des bases solides et tirer tous dans le même sens. L’option de la souveraineté doit redevenir la pierre angulaire de notre parti afin que les Québécois votent pour la vraie cause.