Heureux hasard

Depuis que le gouvernement du Québec a déployé un parachute de plus d’un milliards de $ à Bombardier, la compagnie n’a pas arrêté de se départir de ses avoir. Après avoir vendu ses avions amphibies en 2016 la compagnie s’est départi de son site Torontois d’assemblage d’avions, céder le contrôle de la CSeries à Airbus, vendu sa Q Series à l’avionneur Longview Aircraft et s’apprête à se débarrasser de ses CRJ. Une dilapidation pure et simple de l’argent des contribuables.

Avant l’élection de 2018, le parti d François Legault dénonçait le mauvais placement du gouvernement Couillard et surtout les salaires mirobolants et des bonis exagérés que les dirigeants de Bombardier s’étaient alloués. La valse des milliards va telle continuée avec le gouvernement de la CAQ maintenant bien en selle

Le nouveau ministre de l’Économie du Québec Pierre Fitzgibbon se dit ouvert à ce que le gouvernement investisse à nouveau dans Bombardier pour sauver le programme d’avions CRJ.

Par un heureux hasard monsieur le ministre possède plus de $100 000$ d’actions de l’entreprise Héroux-Devtek qui vend des pièces d’avions à Bombardier. Mais selon monsieur Fitzgibbon c’est un courtier qui gère ses avoirs mais pas lui directement.

Monsieur le ministre c’est du pareil au même.