Québec, le 14 janvier 2010

Haïti un pays ravagé

Le 12 janvier 2010 Haïti a subit un tremblement de terre majeur dans la région de Port-au-Prince atteignant 7.0 à l’échelle de Richter. Ce pays qui est le seul pays francophone indépendant des Caraïbes, et un des deux pays francophones d’Amérique du Nord avec le Canada a subit au fil des siècles son lot de difficultés et de problèmes. En effet à peine remis des pluies diluviennes de mai 2004 et des effets dévastateurs de l’ouragan Jeanne qui a ravagé Haïti en septembre 2004 faisant plus de 2000 morts et des milliers de disparus le voilà maintenant au prise avec un cataclysme encore plus dévastateur

Dû à une déforestation accélérée et abusive, Haïti reste un pays vulnérable aux catastrophes naturelles. En 2008, quatre cyclones ont ravagé le pays et causé d’énormes dégâts matériels aux infrastructures routières et au secteur agricole. Il s’agit d’un des pays les plus pauvres de la planète dans lequel 80% des Haïtiens vivent en dessous du seuil de pauvreté et 54% dans la pauvreté la plus abjecte. En effet plus d’un Haïtien sur quatre est sous-alimenté, soit 1,9 million de personnes, selon un rapport du conseil national de la sécurité alimentaire (CNSA) haïtien. Le taux de chômage atteint plus de 65% de la population active. Le gouvernement Haïtien dépend de l’aide internationale pour financer en partie le budget

Fort et courageux ce peuple essai tant bien que mal à s’en sortir avec les moyens du bord et l’appui international. Face à ce désastre il est encore plus important d’apporter notre aide et notre soutien au peuple Haïtien mais de quelle façon? Tous les organismes internationaux récolteront des fonds afin de rebâtir ce pays complètement dévasté. Il faudrait avoir un meilleur contrôle et une meilleure gestion des sommes recueillis afin de ne pas retomber dans le scandale des sommes d’argent qui ne sont jamais rendu à ce pays lors de la dernière collecte de fonds.

De plus l’OTAN et l’ONU devraient rapatrier tous les soldats qui sont engloutis dans des guerres néfastes et inutiles afin de reconstruire un pays qui veut vraiment de nous. De ce fait ces deux organisations reviendraient à leur mandat d’origine soit l’aide internationale et des missions de paix.