Québec, le 31 juillet 2009

Greenpeace

Je ne suis pas d’accord avec le geste des militants de Greenpeace qui ont manifestés devant les locaux du ministère des ressources naturelles et de la faune en rapport avec les coupes de bois dans la forêt boréale. De plus la ministre madame Nathalie Normandeau n’avait pas à rencontrer ce groupuscule subventionné par je ne sais qui? Elle leur a donné de l’importance et c’est ce qu’ils voulaient.

Ces écologistes en herbe vous diront qu’il est préférable de laisser vieillir, pourrir et regarder tomber par chablis les arbres de la forêt. Ils vous convaincront qu’il faut les laisser se faire détruire et détériorer par les insectes et maladies et brûler par les éléments naturels plutôt que par l’exploitation normale et rationnels des forêts qui assure l’économie des régions. Les dizaines de milliers de personnes qui ont perdus leur emploi vous diront que le déclencheur de cette apocalypse fut le film de l’erreur boréale liée à la hausse du dollar canadien en rapport avec le dollar américain et actuellement à la crise économique.

Ces loups garous vous diront qu’il est plus valable d’importer la matière ligneuse de d’autres pays à moindres coûts plutôt que de se servir de notre richesse naturelle qui se régénère naturellement. Laisser exploiter la forêt ailleurs sur la planète qui détruit davantage notre climat est moindre à leurs yeux que d’utiliser normalement et sainement le volume ligneux rendu à son âge d’exploitation. Que dit Greenpeace sur la destruction massive de la forêt boréale de l’Alberta pour les sables bitumineux qui polluent l’air l’eau et le sol?

Il y aura des audiences publiques à la fin de l’été sur le nouveau projet de loi sur l’occupation du territoire forestier qui prendra force en 2013. C’est lors de ces audiences que tous les groupes pourront se faire entendent.