25 mai 2015

Gérant d’estrade

Le maire de Québec Régis Labeaume est convaincu que le départ des nordiques de Québec aurait pu être évité. À l’occasion du 20e anniversaire de la vente des Nordiques, le maire de Québec a décoché des flèches à l’endroit des ex-actionnaires dont Métro-Richelieu, Daishowa, La Capitale, O’Keefe, Autil inc., le Fonds de solidarité de la FTQ et plus particulièrement de Marcel Aubut.
nordiques
C’est agir en gérant d’estrade que d’affirmer, 20 ans plus tard, que la vente aurait pu être évitée et que les actionnaires voulaient passer à la caisse. Il faut comprendre certains éléments du contexte du temps surtout que la population de Québec atteignait à peine 200 000 personnes comparativement à aujourd’hui dépassant le demi million.

D’autres équipes comme Winnipeg et Hartford ont vécu le même problème dans les années qui ont suivies. Des salaires éhontés donné par des propriétaires à certains joueurs et l’absence de plafonds salarial a condamné à mort les petits marchés comme Québec.

N’en déplaise à certain le contexte de la venue d’une nouvelle équipe est le même, salaires éhontés, plafond salarial exubérant et surtout le prix d’une concession près d’un demi-milliard de $.