Fin d’un monopole

Le gouvernement de la CAQ par son ministre des transports François Bonnardel a déposé un projet de loi rendant l’industrie du taxi au goût du jour et concurrentiel. Je suis entièrement d’accord avec ce projet de loi 17 qui déréglementera l’industrie en réduisant certaines charges fiscales, administratives et régularisera les activités d’UBER qui a tiré l’industrie vers le haut.

Pour compenser la valeur des permis le gouvernement a réservé un demi-milliard de $ qui donnera plus de $50 000 aux détenteurs de permis de taxis. Depuis l’annonce de cette loi, les chauffeurs manifestent, crient au vol et traitent le gouvernement d’anarchique, faut le faire.

Pourquoi devrait-on racheter les permis au prix coûtant? Les taxis ont bénéficié d’un monopole pendant des décennies grâce à ce permis, ont eu le temps de le rentabiliser mais n’ont pas modernisé l’industrie. Ce n’est pas le gouvernement qui a transformé, surévalué, grossit artificiellement la valeur du permis de taxi, fait en sorte qu’il est géré comme un placement et un fond de pension.

Non seulement les taxis pourront continuer à opérer comme avant mais ils n’auront plus à se soucier de revendre leurs permis, avec toutes les dépenses que cela implique. Ces chauffeurs pourront effectuer des aller et retour avec des clients sans se soucier des secteurs réservés.