Québec, le 15 février 2012
Tombe
Festoyer sur des tombes

C’est sans surprise que le gouvernement conservateur majoritaire de Stephen Harper va voter en faveur du projet de loi C19 visant à abolir le registre canadien en plus de détruire l’ensemble des données qui y sont compilées et qui ont coûtées des centaines de millions de dollars aux contribuables. Même si la majorité des corps policiers sont d’avis que le registre est utile afin de planifier leurs interventions policières et de pouvoir retracer plus facilement l’origine des armes à feux utilisées.

Il faut se rappeler que le registre des armes à feu a été créé en 1995 par le gouvernement libéral de Jean Chrétien, sous les pressions assidues de la Coalition pour le contrôle des armes à feu qui avait été formée dans la foulée de la tuerie de l’école Polytechnique, le 6 décembre 1989

Il va de soi que l’escalade des coûts liée au manque de planification, cafouillages incluant la poursuite de l’Alberta, qui contestait le registre, explique peut-être une telle décision mais de là à détruire l’ensemble des données il y a une marge. Ce ne sont pas des gestes disgracieux comme l’a fait le député conservateur Jim Hillyer en mimant des coups de feu envers l’opposition lors d’un vote sur le projet de loi que l’on va régler pacifiquement ce problème.

Pour enfoncer davantage les clous du cercueil le gouvernement a prévu des activités pour célébrer l’enterrement du registre.