Après avoir nié totalement leur responsabilité de cet attentat, l’Iran par le général Amir Hajizadeh, commandant des Gardiens de la révolution, endosse toutes les responsabilités de cette tragédie inhumaine. Imaginez maintenant de scénario d’excuse l’état-major des forces armées iraniennes ont expliqué que l’appareil avait été pris pour un avion hostile et qu’il avait semblé se rapprocher d’un centre militaire sensible des Gardiens de la Révolution. Ils osent maintenant nous faire à croire que le Boeing a été touché à la suite d’une erreur humaine mais non intentionnelle.

Il n’en fallait pas plus pour que les dirigeants de l’Iran accusent les États-Unis de l’escalade des tensions au Moyen-Orient.

Notre premier ministre Canadien Justin Trudeau sort ses dents et rassure les canadiens que justice sera faite et qu’il promet de trouver des réponses aux nombreuses questions que cette tragédie suscitent. Il va de soi que politiquement monsieur Trudeau devait réagir fermement mais sa dépendance institutionnalisée avec notre voisin et son président Trump le met dans une mauvaise posture. Il ne peut malheureusement régler ce dilemme avec un selfie ou un déguisement,