Qui est surpris que la commission scolaire English-Montreal (CSEM) ait demandé l’aide d’Ottawa pour soutenir son combat contre la loi 21. Oui la CSEM a renoncé à l’aide de 125 000 $ que lui avait accordée le programme de contestation judiciaire du Canada mais le mal était fait. Le premier ministre Justin Trudeau nous a expliqué que c’était un programme indépendant qui n’est aucunement géré par le fédéral. Cependant des fonds fédéraux demeurent disponibles pour attaquer les lois québécoises.

La CSEM avait déjà dépensé plus de $300,000 de fonds publics pour contester la loi 21. La commission scolaire est sous tutelle et réussit à dépenser cet argent contre le gouvernement du Québec! L’argent des commissions scolaires est destiné aux enfants pour qu’ils reçoivent une éducation, aient accès à des services de psychologues, puissent trouver des livres dans leurs bibliothèques scolaires et autres.

Souvenons-nous du référendum de 1995 lorsque le Conseil de l’unité canadienne fut appelé à la rescousse en mettant sur pied Option Canada grâce auquel des millions de dollars ont transité pour alimenter le camp du NON.