Québec, le 20 mars 2012

État policier

Je suis d’avis que le gouvernement libéral de Jean Charest accorde trop d’importance à la Sûreté du Québec (SQ) ce qui est mauvais pour une saine démocratie. De ce fait une bonne répartition des pouvoirs policiers dans la province est un rempart essentiel pour nous prémunir d’un état policier.
SQ
Dernièrement des agents de la SQ ont procédés à une perquisition au domicile d’Éric Yvan Lemay journaliste du Journal de Montréal, à Sainte-Julie. Monsieur Lemay journaliste d’enquête avait tout simplement signé un reportage portant sur l’accessibilité aux dossiers médicaux de patients entre les murs d’hôpitaux. En passant les informations contenues dans le reportage étaient très intéressantes et à mon avis aucunement discriminatoire.

Dans le passé le Québec a toujours voulu se prémunir contre un État policier. En effet dans toutes les réformes des organisations policières, les gouvernements qui se sont succédé ont toujours préservé un tiers des ressources à la SQ, un tiers à Montréal et un tiers pour les autres corps municipaux.

Par contre le projet de loi 31 présenté par le ministre de la Sécurité publique Robert Dutil qui éliminerait les corps policiers locaux des municipalités de moins de 100 000 habitants et les remplaceraient par la SQ est une autre preuve de la supériorité que veut établir le gouvernement.

C’est peut-être une conséquence de l’exaspération du gouvernement face à la vigueur et rigueur du journalisme d’enquête au Québec.