30 avril 2017

État désastreux

Un reportage du journal de Québec nous fait la démonstration visuelle que le pont de Québec est dans un piteux état. En novembre 2008 quatre ingénieurs de la firme de génie-conseil Delcan avaient passé une dizaine de jours à examiner le pont sous toutes ses coutures et avaient remarqués des poutres et des plaques d’acier perforées et des boulons grugés par la rouille.

D’année en année, de rapport en rapport sur l’état de la structure les ingénieurs notent que la progression de la rouille s’accélère. En juin 2016 le ministre responsable de la Capitale-Nationale pour le gouvernement du Québec François Blais déclarait que le pont de Québec finira par tomber si on le laisse rouiller encore pendant des années. Un ingénieur écossais John Andrew qui a mené le projet du Forth Bridge en Écosse est venu nous dire qu’il n’est pas trop tard pour restaurer le pont.

En campagne électorale, Justin Trudeau avait promis de trouver une solution avant le 30 juin 2016 sans quoi son gouvernement prendrait ses responsabilités. Nous sommes en 2017 et les a t’ils prisent?

Après s’être entendu sur un montant de 60 millions pour son toilettage les gouvernements et le propriétaire se chicane depuis 2006 à coup de centaines de milliers de dollars et pendant ce temps notre merveille rouille.

Arrêtons cette chicane et agissons car le juge Louis Lacoursière a statué que l’entreprise ferroviaire n’aura pas à terminer les travaux de peinture.