8 novembre 2012

Esprit tordue

Durant toute la crise étudiante les députés du parti Québécois (PQ) ont arboré le désormais célèbre carré rouge en dénonçant haut et fort la hausse des droits de scolarité décrétée unilatéralement par le parti libéral du Québec (PLQ). Pendant la campagne électorale la chef du PQ et ses candidats ont clamé le gel de ces frais ou une hausse probable modulée au coût de la vie.

Maintenant au pouvoir minotairement le PQ essai de réaliser ses promesses électorales dont celle de l’abolition de la hausse des droits de scolarité effectuée par le PLQ. De ce fait le PQ a effectivement annulé la hausse et décrété un gel pour l’année 2012-2013.

De plus en attendant la tenue du sommet sur l’éducation, de la présentation du rapport, de ses différentes recommandations et vouloir préserver l’espace de dialogue avant le sommet le ministre de l’Enseignement supérieur, Pierre Duchesne a recommandé la prolongation du gel des droits de scolarité pour une année de plus soit 2013-2014.

N’en manquant aucune le chef libéral par intérim Jean-Marc Fournier se sent indigné crie au scandale et dénonce la décision du PQ.

Est-ce que monsieur Fournier se rappelle qui a créé la crise étudiante? Est-ce que le PLQ avait consulté pour décréter unilatéralement la hausse des droits de scolarité? Est-ce que le PLQ avait promis un sommet sur l’éducation afin de permettre aux différents intervenants de trouver des solutions?

Le PLQ avait décidé de s’attaquer et de confronter les étudiants mais avait sous-estimé leur réaction et l’appui populaire malgré tout.