17 mai 2013

Erreur de parcours

Quelques mois après avoir affirmé qu’aucun cancer décelé à Shannon ne peut avoir été causé par le trichloroéthylène (TCE) l’institut national de santé publique du Québec (INSPQ) change d’opinion. En effet elle convient maintenant que les inquiétudes des citoyens de Shannon quant au nombre élevé de cancers du cerveau recensés autour de la garnison Valcartier étaient justifiées.
TCE 1
Souvenons-nous que dans le cas du recours collectif des citoyens de Shannon contre le gouvernement fédéral concernant la présence d’un taux élevé de TCE dans la nappe phréatique l’INSPQ avait refusé d’investiguer. Selon le département de santé il était scientifiquement impossible de réaliser une telle étude à Shannon, l’échantillon de population étant trop petit.

Rappelons-nous qu’en 2012 les citoyens de Shannon avaient essuyé une défaite amère dans leur recours car le juge Bernard Godbout avait conclut que la défense nationale et les Industries Valcartier étaient responsables de la contamination, mais qu’aucun cancer n’était relié à la présence du TCE.

Voilà que l’INSPQ met sur pied un comité d’experts internationaux afin d’évaluer si la prévalence de la maladie est effectivement plus importante à Valcartier qu’ailleurs.

Est-ce une erreur de parcours?