24 mai 2016

Encore du gaspille

La ville de Québec avait annoncé en 2010 l’achat de 1700 systèmes de suivi par satellite (GPS) afin de mieux gérer les déplacements de sa flotte de véhicules ainsi que ceux de certains sous-traitants, comme les entreprises de déneigement. Le coût de contrat d’achat était de 4 M$ et le but était de réaliser d’énormes économies.
citoyens floués
Six ans plus tard la ville abandonne le projet car elle s’est aperçue que des sous-traitants privés n’utilisaient pas toujours l’équipement et qu’elle-même n’avait pas assez de personnel pour interpréter les données obtenues. Les contribuables lourdement taxés auront déboursé 1,6 M$ pour l’équipement GPS dans cette aventure rocambolesque. Un autre manque de planification occasionnant des pertes monétaires.

L’idée de départ était de connaître en temps réel les quantités de fondant ou d’abrasif épandues, ainsi que la consommation de carburant des camions. Mais le déploiement des premiers 465 GPS, installés sur des camions de déneigement ayant été problématique la décision a été prise de ne pas acquérir les 1235 autres GPS prévus au contrat.

Pourquoi ça marche ailleurs mais pas à Québec car les villes de Laval, Pointe-Claire Longueil ainsi qu’une dizaine d’arrondissements montréalais ont adopté cette technologie.