Québec, le 15 mai 2008

Économie d’essence

Entièrement d’accord avec l’article de Pierre-André Normandin sur les économies d’essence à la ville de Québec. La population a différente façon d’économiser sur les dépenses de gazoline soit en pratiquant le covoiturage, en utilisant le transport en commun, en priorisant les sorties, et en gérant mieux les différents déplacements. Les différents paliers de gouvernement peuvent également mieux gérer la consommation d’essence en priorisant et concentrant les différentes sorties. Combien de véhicules gouvernementaux sont sur la route, se croisent souvent vont aux mêmes endroits et la plupart du temps avec plusieurs sièges vides.

Les municipalités se servent de panneaux d’arrêts, souvent à des places inutiles, afin de réduire la vitesse des automobilistes ce qui est légalement inacceptable. Cette façon de procéder, d’arrêt et de départ, augmente la consommation d’essence et empêche la sensibilisation des citoyens au respect des règles de circulation.

Les réseaux de transport en commun dont celui de la capitale nationale (RTC) pourraient faire des efforts considérables afin de réduire les coûts reliés à l’achat de la gazoline avant d’augmenter le prix du billet. Les chauffeurs d’autobus devraient d’abord réduire la vitesse lors des départs aux nombreux arrêts obligatoire et les dirigeants devraient diminuer le nombre de passage des 800, 801 et autres qui vont aux mêmes endroits avec des véhicules à moitié vide. Une meilleure planification s’impose.