Québec, le 8 novembre 2008

Du pain et des jeux

Comme dans le temps des Romains voilà que nos politiciens ont des priorités des jeux olympiques, un nouveau complexe sportif, un train rapide Québec Windsor et la formation d’un nouveau bureau pour la promotion des produits alimentaires Québécois. Pendant ce temps on a laissé tomber les travailleurs des produits de la forêt fermeture de nombreuses usines entraînant la perte de plus de 40 000 emplois. Les toutes dernières celle de fabrication de panneau de Louisiana Pacifique à Chambord et la plus récente l’usine de papier à Donnacona.

En effet alors que l’industrie forestière québécoise traverse l’une des pires crises de son histoire et pousse vers le chômage des milliers de travailleurs, aucun des partis politiques impliqués dans la campagne électorale n’est encore intervenu sur cette question cruciale pour l’économie du Québec. Cela s’explique mal du fait que plus de 250 municipalités québécoises vivent de l’industrie forestière et que 31 d’entre elles sont aujourd’hui privées de leur principale activité économique, causant insécurité et inquiétude dans les communautés concernées.

À l’occasion de la campagne électorale, les candidates et les candidats en lice doivent avoir à l’esprit que le secteur forestier est vital pour l’économie québécoise et principalement pour les régions.

De grâce laisser tomber le pain et les jeux et parler des priorités que les Québécois ont à coeur.